Jacques LECLERCQ

 

Je suis entré à l’ICAM après avoir fait la crèche sous la direction du P Charles Barbier Bouvet que j’ai revu en 1997 et 1998 et qui est décédé en 1999.

 

Après 27 mois de service militaire dont 16 en Algérie je me suis marié en novembre 1959.

 

Je suis entré en 1959 dans une société lilloise spécialisée dans l’étude et la construction d’installations destinées à l’industrie chimique. En 1960 départ en Hongrie en 2 CV avec Nicole pour une mise en route d’installation qui a duré 3 mois. En 1964 -1965 mises en service d’unités chimiques en URSS en zone interdite donc sans possibilité d’emmener la famille.

 

Je me suis spécialisé dans deux domaines : 1° le transfert thermique à haute température (fluides caloporteurs et réacteurs chauffés par induction électromagnétique). 2° la conception et la construction de pompes spéciales destinées à véhiculer des liquides corrosifs ou dangereux. Il s’agit de marchés de niches concernant une clientèle mondiale, l’ingénieur doit assurer lui-même la vente de ses produits. Jusqu’en 1989 les pays du bloc de l’Est ont été des marchés très porteurs.

 

En 1987 ma société a été rachetée par un groupe allemand qui a décidé de se consacrer exclusivement à l’activité d’ingénierie et d’abandonner la fabrication. Directeur de mon département, j’ai été chargé, en 1993, de trouver un repreneur pour l’activité pompes spéciales.

 

A 60 ans j’ai rencontré au comité directeur de l’Association Française des constructeurs de pompes un industriel français, spécialisé dans l’agroalimentaire qui souhaitait se diversifier dans l’industrie chimique. J’ai négocié la reprise en m’engageant à demeurer durant 3 années dans l’entreprise pour assurer le transfert de technologie. Le marché chinois commençait à s’ouvrir et avec l’aide du bureau ouvert à Singapour et de l’usine crée à Shanghai le succès a été rapidement au rendez-vous. J’ai pris ma retraite en avril 1996 et suis resté consultant durant deux ans pour des missions dans le Sud –Est  asiatique (Indonésie, Inde, Taïwan , Japon, Philippines et Chine).

 

NB :  Je pense que le Père Léon Delemer n’est pas étranger à ma passion pour la chimie.

 

Nicole et moi avons quatre enfants et onze petits enfants âgés de 19 à 1 an.

 

Après mes deux ans comme consultant après ma "retraite", j'ai été responsable pendant 4 ans de la Procure des Missions de la C° de Jésus.Je suis membre du Rotary International et bénévole à l'Association des Curateurs de Lille qui, à la demande du Juge des tutelles, prend en charge les personnes âgées dépendantes.

 

                                              

 

 

 

 

 

Périgord 2002 : en odeur de sainteté sur le trône de l'évêque au musée

 

Périgord 2004