Le projet « Carnet de Timbres d’Oiseaux » - Détails techniques

 

 

Table des matières

1 – Items de l’inventaire

2 – L’extérieur d’un carnet

3 – Les formats d’un feuillet de timbres gommés

4 – Règles pour décrire un carnet

5 – Exemples de composition d’un carnet

6 – Identification aux catalogues

  

1 – Items de l’inventaire

 

Qu’est-ce qu’un carnet?

 

Un carnet est une façon d’offrir à la vente des timbres sous un format différent d’une émission régulière : le nombre de timbres dans un carnet est plus petit que celui d’une feuille normale, - un carnet peut contenir plusieurs sorte de timbres, - les timbres peuvent former un assemblage spécifique. À noter que dans certains cas, des timbres peuvent n’avoir été offerts que sous la forme de carnets. Et surtout, ils sont placés dans une couverture.

 

L’introduction des timbres auto-adhésifs a nécessité l’extension de cette définition car un carnet n’est alors qu’une simple carte, parfois pliée en deux, dont la face intérieure « porte » les timbres alors que l’extérieure (la partie extérieure de la couverture d’un carnet ordinaire) est plus ou moins illustrée.

 

L’énoncé des règles de description des carnets doit donc tenir compte de cette dualité.

 

Qu’est-ce qu’un timbre d'oiseau?

C'est évidemment un timbre avec une illustration d'oiseau, mais quel genre d'oiseau, quelle type d'illustration? J'ai exclus (un choix personnel qui pourrait être revu)) les oiseaux préhistoriques, les oiseaux extincts et les oiseaux "domestiques". Mais j'ai été assez généreux en ce qui concerne l'illustration; j'ai inclus des cas pour lequels l'identification de l'oiseau serait plutôt improbable (il y a bien des "mouettes"); rien ne vous interdit de les exclure, j'ai pensé que c'est plus facile que de vouloir les retrouver par la suite.

retour au début

 

2 – L’extérieur d’un carnet

 

Le « conteneur » de timbres gommés

 

La présentation la plus simple prend la forme d’une simple chemise, simple morceau de carton léger plié en deux et maintenu fermé par une colle légère appliquée en bande au bas de la chemise ou en goutte à l’ouverture ce qui permer de l'ouvrir et de la refermer facilement. J’ai identifié ce type par CH (chemise); les timbres à l’unité n’ont aucune attache.

Le modèle le plus connu est un véritable carnet (CA) avec une couverture en une ou deux parties et les timbres « reliés » d’une certaine façon à la couverture : agrafe, couture, colle. S’il n’y a qu’un « bloc » de timbre, il est souvent collé par un talon de marge sur la couverture.

Il y a aussi certains exemples de véritables petits livrets (LI) avec un certain nombre de pages de textes explicatifs, la place des timbres devenant pratiquement secondaire. Il se peut que de tels objets soient appelés carnets de prestige, mais je ne suis pas sûr que ce soit toujours le cas.

 

Le « support » de timbres autocollants

 

Comme indiqué plus haut, le support sur lequel les timbres autocollants sont imprimés forme la couverture du carnet, la partie opposée aux timbres étant considérée comme l’extérieur de la couverture. Un SAC peut devenir un SACM quand plusieurs types de timbres sont imprimés sur le même support.

retour au début

 

3 – Les formats d’un feuillet de timbres gommés

 

Je prends le terme « feuillet » comme indiquant un groupe de timbres attachés ensemble formant l’élément de base d’un carnet.  À la limite, un feuillet peut être un seul timbre. Un feuillet a une forme fixe (rectangulaire) pour un carnet déterminé. Un carnet peut compter un seul feuillet ou plusieurs identiques ou différents ou en combinaisons diverses. Il peut contenir un seul type de timbre en plusieurs exemplaires, deux ou plusieurs types répétés ou non en nombre de fois égal ou différent. Ce feuillet peut être une partie d’une feuille de l’émission normale (une feuille est découpée en plusieurs blocs avec ou sans talons marginaux) ou être constitué spécifiquement pour fabriquer des carnets (une page; à l’impression, il peut y avoir plusieurs pages sur la même feuille qui est découpée ensuite)

 

Le format le plus simple est un timbre seul sans bordure (TS) ou avec une bordure (TSB). On va trouver des timbres simples dans des « chemises » (CH) car un TS n’offre aucune marge pour la reliure.

 

Si un feuillet  est découpé d’une feuille normale, nous avons un bloc simple s’il n’y a qu’un seul type de timbre (BS) ou un bloc multiple s’il y a plus d’un type (BM). Ces blocs peuvent ne compter aucune bordure de reliure ou en avoir une (ils sont alors codés BSB et BMB).

 

Si le feuillet a été spécifiquement conçu pour un carnet, nous avons une page. Les timbres d’une page sont souvent des timbres émis dans un format régulier mais ils peuvent avoir été re-dessinés pour constituer un feuillet; certains n’ont été émis que sous la forme de feuillets. De telles pages peuvent ne contenir qu’un seul type de timbre (P) mais ils peuvent aussi en compter plusieurs (PM)

 

Une page peut avoir des bordures tout autour; tous les timbres sont alors perforés sur les 4 côtés. Mais il peut aussi ne pas offrir de bordure autre que celle nécessaire pour la reliure. L’existence de 3 côtés non dentelés (des perforations indiqueraient que ce serait plutôt un bloc découpé d’une feuille) entraîne la création de variantes possibles d’un même timbre si la présence et la position des perforations est prise en compte (un feuillet de 3 par 3 timbres offrirait les 6 variantes suivantes : dentelé 4 côtés, non dentelé droite, gauche, bas, bas et droite, bas et gauche).  Une page « non dentelée » est désigné par PN ou PMN.

retour au début

 

4 – Règles pour décrire un carnet

 

Seuls les éléments contenant des oiseaux seront décrits en détail, c’est-à-dire les feuillets avec des timbres d’oiseaux, les timbres d’oiseaux.

 

L’enregistrement descriptif d’un carnet comprend deux ou plusieurs lignes. La première ligne concerne le carnet lui-même pour lequel on indique d’abord le type et ensuite pour

- (CH) le nombre de timbres dans la chemise

 

- (CA, LI) la composition par le type de feuillet (il est le même dans un carnet pour tous les feuillets) et s’il y a plus d’un feuillet par leurs fréquences (ex : 2A+B)

 

- (SAC, SACM) le nombre de timbres en largeur * celui en hauteur et ceci dans la même orientation que le timbre même

Dans le cas de timbres gommés des types carnet (CA) ou livret (LI), il y a en plus au moins un bloc de lignes dont la première décrit le « feuillet » (identifié par une majuscule A, B.. ) et le nombre de timbres en largeur * celui en hauteur et ceci dans la même orientation que le timbre même

 

Il y a ensuite autant de lignes "timbre"

 

- après la ligne "feuillet" (CA ou LI) que de timbres différents dans le feuillet

- après la ligne "carnet" (CH ou SAC) que de timbres différents dans la chemise ou sur le support d'autocollants

Une ligne « timbre » commence par son identificateur (a, b, ..) et le nombre de fois qu’il est présent dans le feuillet si plus d’une fois.

retour au début

 

 

5 – Exemples de composition d’un carnet

 

Cette simple chemise (aucune reliure) contient 4 timbres dont un seul avec oiseau

item type : CH      composition : 4

timbre id : a   répétitions : 1

NB. Comme ce sont des timbres seuls, il n'y a pas besoin de passer par la définition de feuillet. La composition indique qu'il y a 4 timbres dont un seul (a répétitons: 1) est un oiseau

C'est le carnet par excellence. La bande de timbres est collée par sa marge gauche directement sur la couverture,

item type : CA      composition : BMB

pane id : A    pane size : 5*1

stamp id : a   repeats : 2

NB. Comme il n'y a qu'un seul feuillet, il n'est pas nécessaire d'en indiquer la composition;  le type de feuillet est  "Bloc Multiple Bordé" mème si la bordure n'est que d'un seul côté de la bande..

Ce carnet contient plusieurs pages

1- Salutations ... 

2- messages des deux côtéss

3- feuillet-page de 6 * $0.03 (Scott 252a)

4- feuillet- page def 6 * $0.04 (Scott 254a)

5-6 feuillets-pages illustrés à gauche

7-8 pages de 4 étiquettes par avion

9- messages des deux côtés

item type : CA      composition : PSN (A*2 +2)

pane id : A    pane size : 2*2

stamp id : a   repeats : 4

NB. Il y a 2 feuillets "Page Simple Non-dentelée" A avec oiseaux plus 2 autres feuillets (ignorés par la suite). Tous les timbres sont traités ici comme équivalents même s'ils ont des perforations différentes (non-dentelés en haut, en bas, en haut et à droite, en bas et à droite)

Ce "livre de recettes" contient deux feuillets de "canards"

item type : LI       composition : PS (A+B)

feuillet id : A   taille du feuillet : 2*5

timbre id : a   répétitions : 10

 

feuillet id : B   taille du feuillet : 2*5

timbre id : a   répétitions : 10

NB. Comme les 2 feuillets sont imprimés se tenant, la composition pourrait être décrite de façon plus précise comme (A+"petit fonds"+B)

item type : CA       composition : PM

feuillet id : A   taille du feuillet : 4*1

timbre id : a   répétitions : 1

timbre id : b   répétitions : 1

timbre id : c   répétitions : 1

timbre id : d   répétitions : 1

NB. As stamp repeats = 1 they could be omitted

retour au début

 

6 – Identification aux catalogues

 

J’ai recueilli toute l’information que j’ai pu trouver mais n’ayant pas d’accès direct à tous les catalogues Stanley Gibbon, Michel, Scott et Yvert & Tellier en particulier pour les dernières années, il y a de nombreux trous. De plus, comme dans bien des cas c’est une information de seconde main, il se peut que des erreurs y aient été introduites par accident. J’ai aussi ajouté dans les « notes » les numéros Facit pour les carnets que j’ai trouvés comme référence supplémentaire.

 

J’ai`essayé de suivre les règles suivantes :

 

Identification de carnet (dans la première ligne « carnet »)

SB pour Stanley Gibbon, HB (au lieu de MH utilisé souvent) pour Michel, BK extrêmement rare pour Scott, C—pour Yvert & Tellier.

Il est plus que probable que certains catalogues (Michel en particulier) identifient ainsi des feuillets de carnet et non des carnets mais dans le doute j’ai adopté cette règle.

Identification de feuillet (dans une ligne « feuillet »)

Le numéro indiqué par Scott comme « booklet pane »

Identification de timbre (dans une ligne « timbre »)

Le numéro de catalogue. Il est des fois difficile de s’assurer, surtout qu’en on ne peut pas consulter les catalogues, de la référence exacte surtout quand plusieurs variantes peuvent exister pour un timbre. Si j’ai des doutes, les références sont mises entre parenthèses.J’ai aussi utilisé des parenthèses pour montrer qu’un timbre est dans une série de numéros et que je n’ai pu confirmer la relation exacte timbre-numéro. Tous les catalogues n’utilisent pas forcément la même règle de numérotation pour les timbres d’une série, surtout quand ils ont tous la même valeur faciale et il vaut mieux ne pas faire de déductions incertaines.

retour au début